Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par la pindade rose rainbow

Deuxième article "quelques scènes de vie"

ma vie a commencé un 13 Avril, juste après la guerre, conçue sans doute un 14juilllet 1945, j'imagine à une fête des lampions, (j'aime bien cette idée) juste après la libération de la poche de saint Nazaire. 

Mon père s'est marié pour avoir une permission.... Lui, boucher, rustre, grand et fort. Ma mère, belle, grande aussi et beaucoup de classe (fille de commerçants aisés, marchands de vins et spiritueux qui n'ont pas su gérés (ma grand-mère Gérard n'avait rien d'une commerçante ni d'une gestionnaire, son mari trop bon, ne réclamait jamais les factures) ce fut la faillite et leur départ sur  Nantes ... Ma mère faisait du tennis avec un look avant gardiste. Je l'adorais, éducation en institution, naturellement Catho.. Il y avait aussi mon oncle Louis, beau gosse, culturiste, tenant salle de musculation et club de plage (il avait les plus belles filles de la terre mais dés qu'il parlait mariage, lui, n'ayant pas une bonne situation, toute relation cessait.. Il est resté près de ma grand mère jusqu'à 40 ans ...puis à 42 ans, il a passé son bac puis un diplôme de kinésithérapie, il commença sa carrière en épousant une des grandes fortunes de saint Nazaire mais c'est là, qu'il nous a plus voulu me voir, je l'avais un jour invité à un de mes vernissages, il m'a dit qu'il n'y avait pas de place pour moi dans sa vie.......

(Depuis la mort de ma mère, la famille s'est brisée) c'est elle qui faisait le lien, les réunions de familles, d'amies, amis, les grands et longs repas, les grandes tablées, elle était généreuse, drôle, bout en train, toujours un blague à raconter, malgré les fins de mois difficiles car les saisons à la baule ne durait que six mois et qu'il fallait vivre tout le restant de l'année. Mes parents avaient choisis ou la vie leur avait imposée cette voie là (tous les deux savaient cuisiner et aimaient la bonne bouffe) elle commençât à travailler à Nantes puis au Croisic à l'hôtel Masson face à la criée .... Puis ils ont pris des gérances à la baule (le Pen Bé) par exemple, place de la poste (villa, pension , restaurant ouvrier et plus en été, derrière la poste, tous les cars de touristes venant voir la mer

(devant l'avenue de Gaulle, il y avait une grande pendule et sur le bord de plage, s'enfonçant dans la mer, une grosse corde où les personnes s'accrochaient en relevant leurs jupes et pantalons pour profiter des vagues) 

les gens d'ailleurs venant passés quelques heures , ils avaient apportés leurs provisions. Il y avait un coin dans le jardin sous un grand figuier avec des grandes tables où ses gens s'installaient et moi, la plus petite était de corvée pour les servir, j'ai commencé à travailler vers 8 ans ( il me faillait apporter des litres de rouges,blancs, limonades, le vittel dans des casiers à bouteilles en ferraille) je me souviens, c'était très lourd , il me fallait encaisser, je ne sais pas si j'ai su faire mais je l'ai fait. Ma mère nous payait bien car elle disait "tout travail mérite salaire"

Je reviens à l'histoire de ma mère que j'adorais, éducation en institution, naturellement Catho. Lui, Il a reçu la croix de guerre à titre posthume (mais il n'était pas mort... Je ne connais pas l'histoire, j'étais trop jeune. Nou ne parlions pas, cela ne se faisait pas, le travail de mes parents les a tellemnt accaparé qu'ils oubliaient de nous expliquer. La vie à la Baule dans les années 50, c'étaient quelque chose. (c'est ce qui reste dans ma tête) J'ai deux sœurs  (4ans et 5ans plus âgées) des Marie, j'ai échappé au prénom, je m'appelle Odil....

ma vie ou la mémoire retrouvée.......

Commenter cet article