Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Aujourd’hui bien des problématiques du féminisme au Japon sont communes au mouvement à l’échelle internationale, comme celles de la lutte contre la violence domestique, pour l’égalité des salaires et des carrières, contre la précarité qui touche la majorité des femmes au travail, ou encore les controverses autour de la question de la prostitution, de la pornographie. Autour de la question des droits reproductifs s’ajoutent des nouvelles réflexions sur la procréation médica- lement assistée, les nouvelles parentalités, mais aussi une critique de l’eugénisme passé qui a présidé à certains mouvements féministes ou malthusiens 30. Mais on trouvera des spécificités et des différences dans la formulation des revendications, comme dans certaines conceptions. Car, il existe bien un féminisme japonais, comme le suggère la réédition augmentée des douze volumes sur le féminisme au Japon Nihon no feminizumu (Amano et alii, 2009-2011) qui insiste dans sa présentation sur le fait que le féminisme au Japon n’a été ni un emprunt ni un pur produit d’importation, mais une contribution originale .

 

                      Olympe w neveu 

Kanno Sugako

Kanno Sugako

Photo ci-dessus de Kanno :

Kanno Sugako (管野 須賀子?), parfois nommée simplement Suga Kanno, née le  à Osaka et exécutée par la justice japonaise à l'âge de 29 ans le [1], est une anarchiste et féministe japonaise, journaliste de profession. Elle est l'auteur d'une série d'articles sur l'oppression des genres et est une défenseuse de la liberté et de l'égalité des droits entre les hommes et les femmes.

En 1910, elle est accusée de trahison par le gouvernement japonais pour son implication supposée dans l'incident de haute trahison, une conspiration visant à assassiner l'empereur Meiji. Elle est la première femme prisonnière politique à avoir été exécutée dans l'histoire du Japon moderne

Commenter cet article