Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

(Info de la pintade rose )

La nouvelle pourrait faire bousculer le monde de la musique classique. Selon trois chercheurs, Anna Magdalena, la deuxième femme de Johann Sebastian Bach, serait la véritable compositrice de certaines oeuvres célèbres de son mari, telles les Variations Goldberg ou encore les six Suites pour violoncelle.

À l'origine de cette rumeur, comme le raconte Le Courrier international, un documentaire, Written by Mrs Bach, dans lequel un professeur de musique de l'université Charles-Darwin en Australie, une compositrice britannique et une experte américaine en examen légal de documents assurent que les pièces musicales incriminées "diffèrent d'autres oeuvres de Bach tant au niveau structurel que technique. De plus, une page des partitions porterait l'inscription en français écrit par Mme Bach. Et, enfin, aucune preuve n'existe pour démontrer que Johann Sebastian Bach est le véritable auteur de ces pièces".

Un "travail en famille" ?

Anna Magdalena, chanteuse et musicienne pleine de talent selon le Washington Post, le premier à relayer l'histoire, serait morte quasi inconnue et dans la pauvreté après le décès de son célèbre mari. Habituée à retranscrire les oeuvres de son époux, la trace de son écriture sur une partition n'est pas chose étonnante. Mais selon les explications du Daily Telegraph, "son écriture n'a pas la lenteur et la lourdeur de quelqu'un qui copie un texte". Il est plus probable que les notes "coulaient tout droit de son esprit".

Enfin, comme le souligne le Washington Post, si Anna Magdalena est bien à l'origine de ces oeuvres, cela expliquerait comment Johann Sebastian Bach a réussi à être aussi prolixe en sonates, concertos et autres symphonies... Une sorte de "travail en famille" en somme. Mais dont seul Johann Sebastian Bach avait tiré profit.

 

Modifier

Anna Magdalena était la plus jeune fille d'un trompettiste travaillant pour la cour de Saxe-Weissenfels nommé Johann Kaspar Wilcke. Quant à sa mère, Margaretha Elisabeth Liebe, elle était fille d'un organiste. Elle arriva en 1720 à Köthencomme soprano à la cour du Prince Leopold d'Anhalt-Köthen et y fit la connaissance de Johann Sebastian Bach, le maître de chapelle du prince depuis décembre 1717. Bach étant devenu veuf par le décès de sa première épouse Maria Barbarasurvenu le 7 juillet 1720, il se remaria avec Anna Magdalena à Köthen le 3 décembre 1721. Bach avait alors quatre enfants survivants de son premier mariage, entre 13 et 6 ans.

Petit livre de notes d'Anna Magdalena

Le mariage fut heureux, les deux époux ayant en commun l'amour de la musique. Johann Sebastian écrivit de la musique à l'usage de sa femme et notamment les deux Petits livres de notes d'Anna Magdalena Bach. Elle l'aidait également dans ses travaux de copie et de transcription et il est possible qu'elle soit l'auteur de certains morceaux attribués à son mari[réf. nécessaire]. Le foyer familial était un lieu convivial où l'on organisait régulièrement des soirées musicales, en famille et avec les amis, les élèves, les invités.

Ils eurent ensemble treize enfants entre 1723 et 1742, parmi lesquels sept moururent en bas âge. Deux fils furent des musiciens de talent.

  1. Christiana Sophia Henrietta (* Leipzig printemps 1723 - † Leipzig 29 juin 1726)
  2. Gottfried Heinrich (* Leipzig 26 février 1724 - enterré à Naumburg le 12 février 1763)
  3. Christian Gottlieb (baptisé à Leipzig le 14 avril 1725 - † Leipzig 24 août 1728)
  4. Elisabeth Juliana Friederica, surnommée «Liesgen» (baptisée à Leipzig le 5 avril 1726 - † Leipzig 24 août 1781)
  5. Ernestus Andreas (baptisé à Leipzig le 30 octobre 1727 - † Leipzig 1er novembre 1727)
  6. Regina Johanna (baptisée à Leipzig le 10 octobre 1728 - † Leipzig 25 avril 1733)
  7. Christiana Benedicta (baptisée à Leipzig le 1er janvier 1729 - † Leipzig 4 janvier 1730)
  8. Christiana Dorothea (baptisée à Leipzig le 18 mars 1731 - † Leipzig 31 août 1732)
  9. Johann Christoph Friedrich, le Bach de Bückeburg (* Leipzig 21 juin 1732 - † Bückeburg 26 janvier 1795)
  10. Johann August Abraham (baptisé à Leipzig le 5 novembre 1733 - † Leipzig 6 novembre 1733)
  11. Johann Christian, le Bach de Milan ou de Londres (* Leipzig 5 septembre 1735 - † Londres 1er janvier 1782)
  12. Johanna Carolina (baptisée à Leipzig le 30 octobre 1737 - † Leipzig 18 août 1781)
  13. Regina Susanna (baptisée à Leipzig le 22 février 1742 - † Leipzig 14 décembre 1809)

Après la mort de son mari en 1750, les fils s'étant dispersés, Anna Magdalena resta seule avec ses deux plus jeunes filles et Catharina Dorothea, l'aînée du premier lit. Les autres membres de sa famille ne se préoccupèrent pas d'elle et elle sombra progressivement dans la précarité, vivant de subsides ou de legs jusqu'à sa mort. Des légendes rapportent qu'elle quêtait à la sortie des églises, la confusion venant du fait que les « aumônes » de l'époque correspondaient en fait à des allocations de la municipalité et de l'université. Pendant la guerre de Sept Ans, ces subsides s'arrêtant, la municipalité lui acheta plusieurs œuvres manuscrites de son mari.

Son autobiographie fictive La petite Chronique d'Anna Magdalena Bach a été rédigée en 1930 par l'écrivain Esther Meynell. Ce portrait sentimental de la vie familiale de Bach se base sur peu de sources et a peu à voir avec la personnalité d'Anna Magdalena Bach. Une adaptation théâtrale de cette œuvre pour quatre comédiennes et une pianiste a été créée par la Compagnie du Passage - Hélène Darche en 2010. Une anthologie de documentations sur Anna Magdalena Bach a été publiée par Maria Hübner en 2005, Anna Magdalena Bach. Ein Leben in Dokumenten und Bildern, complété par un essai biographique de Christoph Wolff.

Un film Chronik der Anna Magdalena Bach a été réalisé par les cinéastes Danièle Huillet et Jean-Marie Straub, en 1967.

La femme de Johann Sebastian Bach aurait aider et composer la musique avec son mari !!!

Commenter cet article