Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Charlène Lynette Wittstock, est née le 25 janvier 1978 à Bulawayo au Zimbabwe, en Afrique.

Alors qu'elle est âgée de 12 ans, sa famille quitte ce pays pour vivre en Afrique du Sud.

PARCOURS PROFESSIONNEL

Très jeune, elle se passionne pour la natation.

En 1996, à 18 ans, elle remporte les championnats d'Afrique du Sud.

En 2000, aux Jeux olympiques de Sydney, Elle se classe avec Son équipe cinquième de la compétition. La même année, Elle remporte la médaille d'or du 200 m dos au Meeting international de natation de Monaco ''Mare Nostrum'', où Elle rencontre pour la première fois le Prince Albert, qui préside cette rencontre internationale.

En 2002, Elle remporte trois médailles d'or lors de la Coupe du Monde (50 m et 100 m dos crawlé, relais 4x100m) et la médaille d'argent durant les Jeux de Commonwealth de Manchester (4x100m relais).

En 2007, elle arrête la compétition alors qu'Elle S'est qualifiée pour les JO de Pékin.

FAMILLE

Son père, M. Michael Wittstock (1946) exerce actuellement la profession de Directeur Commercial.

Sa mère, Mme Lynette Wittstock (1959) est retraitée, elle était professeur de natation.

M.et Mme Wittstock ont également deux fils: Gareth (1982), technicien informatique, et Sean (1983), représentant.

Mlle Wittstock S'est unie au civil au Souverain, le 1er juillet 2011, dans la salle du Trône du Palais princier. La cérémonie religieuse s'est déroulée le 2 juillet 2011 dans la Cour d'honneur du Palais princier. Elle porte le titre de "S.A.S la Princesse Charlène de Monaco" ainsi que tous les titres historiques dévolus au Prince au féminin.

CENTRES D'INTÉRÊTS

Son enfance en Afrique l'a fortement sensibilisée aux problèmes rencontrés par les enfants défavorisés auxquels Elle a donné des cours de natation tout au long de Sa carrière.

Elle a très fréquemment accompagné le Prince lors de déplacements visant à soutenir des œuvres caritatives.

Depuis 2009, elle est Présidente d'honneur du Ladies Lunch de Monte-Carlo.

Depuis 2010, elle est une des marraines de la « Nelson Mandela Foundation ».

Elle est également la marraine de « Special Olympics Charity Foundation » et de la « Born Free Foundation ».

Par ailleurs, S.A.S la Princesse Charlène participe régulièrement à des manifestations de collectes de fonds pour des œuvres de bienfaisance comme celle de l'Amfar.

Le 27 mai 2011, S.A.S la Princesse Charlène a été nommée Ambassadrice Mondiale des "Special Olympics".

Le 8 juillet, la Princesse Charlène a été nommée co-marraine du Giving Organisation Trust, un groupe d'oeuvres de bienfaisance en Afrique du Sud qui s'occupe de problèmes allant du sida touchant les enfants défavorisés en passant par la protection de l'environnement.

Depuis juin 2012, la Princesse Charlène est la marraine de l'AS Rugby Monaco.

En juillet 2016, S.A.S.la Princesse Charlène accepte de devenir la Marraine de la Croix-Rouge Sud-Africaine, à l'occasion du 68ème Gala organisé par l'Association.

Elle a également crée Sa propre Fondation, la "Fondation Princesse Charlène de Monaco".

HOBBIES

  • Le surf est l'un de Ses sports de prédilection ainsi que la randonnée en montagne.
  • La lecture de biographies et de poésies ethniques d'Afrique du Sud.
  • L'art contemporain.
Sur les traces de Grâce !

Sur les traces de Grâce !

La jeune femme de 38 ans n'a encore jamais parlé de cette période de sa vie. En décembre, lors d'un voyage en Inde, la maman de jumeaux a pour la première fois évoqué les problèmes auxquels elle a dû faire face quand elle était plus jeune. «Paris Match» a accompagné Charlène durant son voyage et lui a soutiré quelques informations sur son enfance. «Au début, il arrivait que nous nous retrouvions sans électricité, car nous n'arrivions pas à payer les factures. Mon père avait deux boulots. Mes vêtements étaient achetés en seconde main et étaient ensuite passés à mes cousins. Je sais ce que c'est de devoir parcourir plusieurs kilomètres sous la pluie pour rentrer chez soi après l'école», explique la princesse.

 

«Bunte» a profité de ces quelques révélations pour passer à la loupe cette période de l'histoire familiale de Charlène. Le magazine parle d'un début de vie tragique. Les Wittstock ont vécu les désordres de la guerre civile de Rhodésie (de 1965 à 1980), l'actuelle République du Zimbabwe. Le premier grand amour de sa mère Lynette (60 ans) a d'ailleurs été abattu durant le conflit. Elle a ensuite épousé Mike Wittstock (73 ans), beaucoup plus âgé qu'elle. Cependant, le couple a à nouveau dû faire face à l'angoisse de la mort – avec des conséquences dramatiques. Charlène est venue au monde prématurément et avec un poids insuffisant et a donc dû passer un long séjour au Mater Dei Hospital de Bulawayo. Puis, suite à l'assassinat d'un ami proche de la famille, les Wittstock ont fui vers l'Afrique du Sud et se sont installés à Benoni, près de Johannesburg. Pauvreté, fuite, insurrections sanglantes et même meurtre – Charlène est heureuse que ses enfants n'aient pas à connaître ce genre de traumatismes.  

Les enfants sont «exténuants»

«Ils sont ce qui compte le plus dans ma vie. Ils ont cette chance incroyable de pouvoir se sentir en sécurité», a confié l'ancienne nageuse professionnelle à «Paris Match». Cependant, elle reconnaît également: «Avoir des jumeaux n'est pas de tout repos, et c'est probablement encore pire quand ils sont de sexe différent, car leurs besoins et leurs sentiments ne sont pas les mêmes.» Gabriella (2 ans) serait «la digne fille de son père», alors que Jacques serait le portrait craché de John B. Kelly, le père de Grace Kelly. Charlène ne se lasse pas des gestes de tendresse de ses jumeaux, qui lui font oublier tous les problèmes: «C'est un bonheur pour moi de les voir se jeter dans les bras l'un de l'autre chaque matin.»

La Pintade Rose 

https://youtu.be/V41s32F8YgU      1ère vidéo

https://youtu.be/axzEeVHycTw

https://youtu.be/d49ndqTtI9o.        Albert, tu es mon prince 

https://youtu.be/QORcqsE4zJ0

https://youtu.be/IW6wKv28V4c

 

 

Commenter cet article