Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Une compositrice française qui fut la première Femme à recevoir "le prix de Rome"  pour sa cantate "FAUST et HÉLÈNE" le premier grand prix de composition musicale. Elle avait 19 ans.

Elle est morte prématurément à l'âge de 25 ans, des suites de la Tuberculose.

Sur son lit de mort, elle dictera sa dernière œuvre : le Pie Jésu ...

Imaginons un seul instant , si elle avait vécu qu'elle aurait été son œuvre.

la Pintade Rose 

 

Juliette-Marie Olga Boulanger dite Lili Boulanger. Née à Paris le 21 août 1893 ; morte à Mézy (Yvelines) 15 mars 1918. 

Petit-fille d'un violoncelliste de la chapelle royale, fille de Ernest Boulanger, compositeur et professeur de chant au conservatoire, prix de Rome en 1835 (élève de Charles Valentin Alkan, Halévy et Jean- François Lesueur) et de Raïssa Mychetska (comtesse russe cantatrice).

Elle est âgée de deux ans lorsque les premiers signes de déficience immunitaire apparaissent avec une pneumonie. Dès lors elles sera en permanence malade. A six ans, elle chante des mélodies de Fauré accompagnées par le compositeur.

Elle reçoit ses premiers cours de musique de sa sœur Nadia et des conseils de Gabriel Fauré. Elle prend des cours de piano avec Raoul Pugno, un ami de la famille.

En 1909 elle est admise au conservatoire. Tout en bénéficiant des conseils de Georges Caussade pour l'harmonie la fugue et le contrepoint elle suit les cours de Paul Vidal pour la composition et ceux de Maurice Emmanuel. En 1911-1912 elle compose des cantates ( l'Hymne au soleil).  Avec sa cantate Faust et Hélène, elle obtient le premier prix de Rome en 1913 (elle est la première femme à obtenir cette distinction).

En 1914, malgré une santé précaire, elle se rend à la villa Medicis, puis à cause de la guerre s'installe à Nice où elle esquisse le cycle vocal Des clairières dans le ciel sur un poème de Francis Jammes, des œuvre instrumentales et des psaumes.

De retour à Paris, Elle fonde avec sa sœur Nadia un comité Franco-Américain du Conservatoire d'aide aux combattants.

En 1916 elle séjourne de nouveau plusieurs mois à la villa Medicis. En 1917, une intervention chirurgicale ne rétablit pas sa santé. Elle a encore le temps d'achever les trois Psaumes, Vieille prière bouddhique pour voix et orchestre, Un matin de printemps, pour violon/flûte et piano, et son chef d'oeuvre Pie Jesu pour voix, orgue, quatuor à cordes et harpes qu'elle dicte à Nadia alors qu'elle succombe à une tuberculose intestinale.

lili boulanger vers 1900
Lili Boulanger vers 1900

Catalogue des œuvres

Les manuscrits sont déposés à la Bibliothèque nationale de France et aux archives de La Fondation Nadia et Lili Boulanger à Paris. Les principaux éditeurs sont Durand et Ricordi

  • 1905-1906, Valse en mi pour piano [inachevé]
  • 1906, La lettre de mort sur un poème d'E. Manuel, voix soliste et piano [perdu]
  • 1907, Psaumes CXXXI & CXXXVII, deux voix et orchestre [perdu]
  • 1908, Ave Maria, voix soliste, orgue [perdu]
  • 1909, 5 études, piano [perdu]
  • 1909, Psaume CXIX, choeur, orchestre [perdu]
  • 1910-1916, Psaume CXXIX Ils m'ont assez opprimé, pour baryton, choeur d'hommes et orchestre
  • 1910-1917, Psaume CXXX Du fond de l'abîme, pour alto, ténor, choeur, orgue et orchestre
  • 1911, Sous bois, sur un poème de P. Gille, chœur et orchestre
  • 1911, Nocturne pour flûte ou violon et piano ou orchestre [titre original, Pièce courte] Partition : partie et conducteur piano
  • 1911, 3 études, piano [perdu]
  • 1911, Prélude en si bémol pour piano [inédit]
  • 1911, Frédégonde, cantate, texte de C. Morel, soprano, ténor, basse, piano [inachevé]
  • 1911, Les sirènes, sur un poème de  C. Grandmougin, pour mezzo, choeur, piano
  • 1911, Maïa, cantate, texte de F. Beisser, soprano, ténor, basse, piano
  •  1911, Reflets sur un poème de M. Maeterlinck, voix soliste, piano ou orchestre
  • 1911, Prélude en ré majeur pour piano [inédit]
  • 1911-1912, Soleils de Septembre, chœur et orchestre [inachevé]
  • 1911-1914, Morceau de piano : thème et variations [perdu d'après Jacques Chailley dans Revue Musicale 1982 ; manuscrit Légué à la Bibliothèque nationale de France par Nadia Boulanger, manuscrit conservé sous la cote ms. 19493]
  • 1911-1916, Renouveau sur un poème d' A. Silvestre, choeur, 4 voix solistes, piano ou orchestre
  • 1911-1918, La princesse Maleine, opéra en 5 actes, livret de M. Maeterlinck et T. Ricordi [inachevé]
  • 1912, Le retour, sur un poème de G. Delaquys, voix soliste, piano [version originale, La nef légère, chœur et piano
  • 1912, Attente, sur un poème de Maeterlinck, voix soliste, piano
  • 1912, Le soir, chœur, piano ou orchestre [inachevé]
  • 1912, Hymne au soleil, sur un poème de C. Delavigne, alto, chœur, orchestre ou piano
  • 1912, 2 études, piano à 4 mains [perdu]
  • 1912, Soir d'été, chœur, piano [inachevé]
  • 1912, La source sur un poème de Leconte de Lisle, chœur, orchestre
  • 1912, La tempête (Pendant la tempête) sur un poème de T. Gautier, chœur, piano
  • 1912-1913, Pour les funérailles d'un soldat sur un poème d'A. de Musset, Baryton, chœur, orchestre
  • 1912-1913, 2 fugues a capela à 4
  • 1912-1916, Sonate, violon et piano [perdu]
  • 1913, Soir sur la plaine sur un poème d' A. Samain, soprano, ténor, choeur, orchestre
  • 1913, Faust et Hélène, cantate sur un texte d' E. Adenis d'après Goethe, mezzo, ténor, baryton, orchestre
  • 1913, Alyssa, cantate, soprano, ténor, basse, orchestre [perdu]
  • 1914, Pièce, hautbois et piano [perdu]
  • 1914, Pièce, violoncelle et piano [perdu]
  • 1914, D'un jardin clair, pour piano
  • 1914, D'un vieux jardin, pourpiano
  • 1914, Cortège pour violon ou flûte et piano ou orchestre [une version pour piano 2 mains est éditée chez Ricordi, dédicacée à Yvonne AstrucVersion pour flûte et piano, parties et conducteur
  • 1914-1917, Vieille prière bouddhique (prière d'après Visuddhimagga taduite par S. Karpelès), ténor, chœur, orchestre
  • 1915, Pièce, trompette et petit orchestre [perdu]
  • 1915-1916, Poème symphonique, orchestre[inachevé] [perdu]
  • 1915-1916, Clairières dans le ciel sur des poesies de  Francis James, dédicacé à Gabriel Fauré (cycle de 13 chansons) ténor et piano [n°. 1, 5, 6, 7, 10, 11, 12, 13 orchestrés] Version piano et chant
  • 1916, Sicilienne, petit orchestre [perdu]
  • 1916, Dans l'immense tristesse sur un poème de B. Galéron de Calone, voix soliste et piano
  • 1916, Marche funèbre, petit orchestre [perdu]
  • 1916, Marche gaie, petit orchestre [perdu]
  • 1916, Psaume XXIV La terre appartient à l'Éternel, ténor, chœur, orgue, orchestre
  • 1917-1918, D'un matin de printemps pour violon ou flûte et piano ou orchestre.  Partition : parties séparées et directeur piano
  • 1917-1918, D'un soir triste pour trio de cordes ou violoncelle et piano ou orchestre
  • 1918, Pie Jesu, soprano, quatuor de cordes, harpe, orgue
  • 1919, 1 Corinthiens XIII, choeur, orchestre, 1909 [perdu]
  • 1919, Apocalypse, deux voix solistes, choeur, orchestre, 1909 [inachevé] [perdu]
  • s. d. Les pauvres sur un poème d'Émile Verhaeren, voix soliste, piano, [inachevé] [perdu]
  • s. d., Psaume CXXVI, choeur, orchestre [inachevé] [perdu]

    Commenter cet article