Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Il n'y a plus de droite, il n'y a plus de gauche, il n'y a plus de centre ...

il y a une "extrême droite"

Il y a une "extrême gauche"

Il y a les Abstentionnistes à forte majorité...

  Et actuellement, en France ...

Lors de l' élection, 50% environ votent dont  26% élisent le président qui gouvernera 74% qui ne l'auront pas élu... triste proportion ! 😟

 

La pintade rose  

Même les jeunes prêts à voter se posent beaucoup de questions.

Il y a de quoi !

Observateurs attentifs de la campagne électorale, les 30 élèves de terminal ES de Valérie Manry jugent désormais celle-ci « décevante » en raison des affaires judiciaires qui prennent le pas sur l'exposé des programmes des candidats. « Un candidat devrait être blanc comme neige pour pouvoir se présenter », estiment-ils. Depuis l'automne, ces lycéens en passe de participer à leur premier scrutin le mois prochain, décortiquent les épisodes successifs de cette course à l'Élysée dans le cadre d'un cours hebdomadaire d'enseignement moral et civique. Chaque mois, « Sud Ouest » vient à leur rencontre pour recueillir leur point de vue sur cette bataille électorale.

Pourqui votera-t-on !!! ()()()��

Une fois n’est pas coutume : quelques jours après avoir consacré une de nos émissions au phénomène de l’abstention, voilà que nous récidivons. Les plus fidèles de nos auditeurs n’auront aucun mal à comprendre les raisons de cette nouvelle programmation. Il y eut tellement de passions lors de la première discussion entre Antoine Peillon d’une part, et trois des membres de notre Club du vendredi d’autre part, que la question que nous avions posée : "peut-on politiser l’abstention ?" est restée en suspens.

Episode d’autant plus frustrant que l’abstention semble avoir changé de dimension en cette année électorale. A la fois quantitativement et qualitativement. Quantitativement : une récente étude du Cevipof l’évalue à 32 % au premier tour de la prochaine présidentielle, contre 20.5 % en 2012. Qualitativement : l’abstentionniste ne se résume plus à la figure du pêcheur à la ligne, négligeant d’assumer ses devoirs de citoyen. Il serait aussi désormais un acteur engagé politiquement, trouvant dans le fait de ne pas aller voter une façon d’exprimer ses propres idées.

‘’Qui vote pour l’abstention ?’’

Liens

Réécoutez notre émission du 3 mars 2017 : "Peut-on politiser l'abstention ?" Avec Sylvain Bourmeau, Anastasia Colosimo, Philippe Manière et Antoine Peillon.

  • Pas sans nous, "syndicat des quartiers populaires"
  • Vidéo du Cidem, campagne d'incitation au vote (INA - 2001)
  • Publication de l'INSEE : "Des échéances électorales légèrement moins mobilisatrices qu'en 2012" (2017)
  • « S'abstenir ? "Aujourd'hui, on nous oblige à sauver la République"» débat avec Antoine Buéno, Nicolas Framont et Rama Yade (Arrêt sur images - 2017)
  • Tribune de Martial Foucault et Gilles Finchelstein "Pourquoi l’abstention peut-elle faire basculer la présidentielle ?" (Fondation Jean Jaurès - 2017)
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article