Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Tous ceux qui ont eu l’occasion de visiter l’Irlande le savent : les Irlandais cultivent naturellement le plaisir de l’accueil. Avec l’enrichissement rapide de ces dernières décennies, les mentalités ont un peu changé.
Heureusement, le cœur de l’Irlande bat encore. Ce n’est pas en voyageant de ville en ville que vous le découvrirez : il faudra parcourir les recoins de l’île, visiter les villages cachés et les péninsules sauvages, pour trouver, au détour d’un Gaeltacht (zone où l’on parle la langue gaélique), la vraie chaleur humaine de la verte Érin. Autrement dit, partez en classe verte ! Et suivez, par exemple, la « nouvelle » Wild Atlantic Way, de Kinsale à la péninsule d’Inishowen (Donegal), la plus longue route côtière au monde (environ 2 500 km !).
Si l'Irlande est restée aussi humaine, c’est sans doute parce qu’elle a beaucoup souffert autrefois. Ce pays magnifique, où les paysages ressemblent à des gravures romantiques du XIXe siècle, est peuplé de fantômes. Vous serez confronté à ce passé toujours présent dès le premier pub, à la première chanson.
C’est cela, l’Irlande d’aujourd’hui : une économie libérale qui se remet d'une grave crise après avoir été florissante, un pays jeune (25 % des habitants ont moins de 15 ans) et moderne.
Si la mentalité, autrefois très conservatrice, s’est assouplie, l’Irlande reste un pays de valeurs fortes, de contrastes, voire de contradictions. Le soleil brille à travers la pluie, les ballades tristes débouchent sur des gigues déchaînées... C'est un peu de soi-même qu’on laisse en Irlande... Car, peu importe sa patrie, l’Irlande est celle du cœur.
 

L'Irlande est une république parlementaire dont les deux langues officielles sont l'irlandais et l'anglais. Son hymne national est Amhrán na bhFiann et son drapeau est constitué de trois bandes verticales vert, blanc et orange. Le pays a pour capitale Dublin (en irlandais : Baile Átha Cliath) et a pour monnaie l'euro. L'Irlande est membre de l'Union européenne depuis 1973. Afin de la différencier de l'île d'Irlande, on la nomme parfois République d'Irlande (en irlandaisPoblacht na hÉireann et en anglais Republic of Ireland) mais ce n'est pas son nom officiel (le Republic of Ireland Act de 1949 en fait sa « description officielle »).

Le pays s'étend sur une superficie de 70 273 km, et sa population s'élève en 2016 à 4 757 976 habitants. La plus grande ville est la capitale Dublin, les autres principales villes étant CorkLimerick et Galway. L'Irlande revendique son identité celtique, si bien que, sur le plan culturel, elle représente habituellement l'île d'Irlande considérée comme l'une des six « nations celtiques ». Le symbole officiel du pays est la harpe celtique (qui figure sur les pièces d'euro), mais le trèfle irlandais est souvent utilisé comme autre symbole, notamment par l'équipe irlandaise de rugby.

Colonisée par les Celtes durant la préhistoire qui constituent quatre royaumes qui donneront naissance aux provinces actuelles (UlsterConnachtMunster et Leinster), l'Irlande est christianisée au ve siècle par saint Patrick. Au Moyen Âge, l'Irlande est envahie par les Anglo-Normands. Cette conquête aboutit à l'unionde l'Irlande et de la Grande-Bretagne en 1800. Au xixe siècle, l'Irlande est ravagée par la Grande famine et connaît une forte émigration vers le Nouveau Monde. Le nationalisme commence à se développer à la fin du siècle, et l'échec du projet de Home Rule aboutit à la guerre d'indépendance irlandaise et à la partition de l'Irlande. Avec le traité anglo-irlandais, l'Irlande accède à l'indépendance en 1922 mais l'Irlande du Nord quitte le nouvel État libre d'Irlande le lendemain de sa création. En 1937, la Constitution républicaine de l'Irlande est adoptée, en en 1949l'Irlande se déclare officiellement république.

Adepte de la concurrence fiscale, de la déréglementation et considéré comme un paradis fiscal, le pays a connu une forte croissance depuis le début des années 1990 avant de subir l'explosion de la bulle spéculative immobilière et d'être l'un des plus touchés par la crise financière de 2008, ce qui entraîna une crise économique et politique majeure pour le pays jusqu'en 2011. À titre d'exemple, en 2010, son déficit public s'établissait à 32,4 % du PIB pour un taux de chômage supérieur à 14 % de la population active.  Le pays a depuis renoué avec la croissance et le PIB a connu une croissance de 7,8 % en 2015, soit le niveau le plus élevé de l'Union européenne, un chiffre depuis révisé à 26,3 %, soit la croissance la plus élevée au monde.

La Chaussée des Géants est un ensemble de 40 000 colonnes basaltiques hexagonales formant une chaussée descendant doucement vers la mer. Elle sont si parfaitement emboîtées les unes dans les autres qu’on comprend aisément que nos ancêtres y voyaient une création de personnages légendaires ! Mais la formation de ce site exceptionnel est bien naturelle : elle est le résultat d’un brusque refroidissement de coulées de roches éruptives il y a 50 à 60 millions d’année, l’érosion dessinant ensuite ces surprenantes formes hexagonales.

Une histoire de géants

Mais selon une légende qui a d’ailleurs donné son nom au site, c’est un géant irlandais, Finn MacCool, 93 1/2 de pointure (!), qui a construit la chaussée pour passer à pied sec en Ecosse et y défier un autre géant, Benandonner. Arrivé en Ecosse, il surprend son rival assoupi, mais le gaillard est plus grand que prévu, trois fois sa taille … Effrayé par la stature de son rival, Finn MacCool s’en retourne en courant vers l’Irlande, poursuivi par un Benandonner furieux de cette intrusion. Mais l’Irlandais est rusé : la femme de Finn habille son mari avec des langes, le place dans un berceau et le présente à Benandonner comme étant le fils de Finn ! Imaginant ce que pouvait être le père, le géant écossais s’en retourne vers l’Ecosse, en prenant soin au passage de détruire la chaussée, dont il ne reste plus aujourd’hui que les extrémités : la Chaussée des Géants en Irlande du Nord et l’île de Staffa en Ecosse ! Bien plus convaincant que la thèse des scientifiques, non ?

Visiter la Chaussée des Géants

La nature exceptionnelle du site et son classement au Patrimoine mondial de l’UNESCO depuis 1987 attirent évidemment des foules de touristes. Pour profiter pleinement du site, à défaut de pouvoir s’y rendre hors saison, mieux vaut donc éviter de visiter le site en plein après-midi et le visiter tôt le matin (quand les bus n’ont pas encore déversé leurs flots de touristes) ou le soir au coucher du soleil (quand tout ce petit monde est à table). Ca tombe bien, c’est à ces heures, sous une belle lumière du matin et surtout du soir, que la Chaussée des Géants est la plus belle ! L’accès au site est gratuit, mais le parking est payant en journée (raison supplémentaire pour visiter le site tôt le matin ou le soir). En 10 à 15 minutes de marche sur une route bitumée accessible aux personnes handicapées, on descend vers le coeur du site, une langue de colonnes basaltiques descendant des falaises vers la mer. Après avoir sauté de marche en marche, on peut ensuite continuer la balade et emprunter le chemin qui monte légèrement à flanc de falaise, laisser sur la droite les escaliers qui grimpent au sommet des falaises, passer au pied de colonnes basaltiques accrochées telles des orgues aux falaises et continuer jusqu’à l’Amphitheatre Point View, un beau point de vue au cœur de falaises rouges. Il y a quelques années le sentier continuait sur la côte mais l’effritement des falaises a provoqué sa fermeture et le chemin s’arrête désormais ici. Retour donc vers la Chaussée des Géants, puis on emprunte l’escalier qui grimpe au sommet des falaises, d’où on domine la chaussée avant de retrouver le Visitors Centre. Remarquez à l’horizon la silhouette de la péninsule d’Inishowen).

L’épave du Girona

Au large de la Chaussée des Géants gît l’épave du Girona, galion de l’Armada invincible espagnole, qui se brisa sur les rochers en octobre 1588 dans une terrible tempête. Des 1 300 hommes à bord, il n’y eut qu’une dizaine de survivants. Sorley Bob MacDonnell récupéra l’or et les canons de l’épave pour agrandir sa forteresse de Dunluce Castle, quelques kilomètres à l’ouest sur la côte. L’épave ne fut remontée qu’en 1968, par une équipe d’archéologues. On y découvrit un fabuleux trésor aujourd’hui exposé à l’Ulster Museum de Belfast.

Commenter cet article