Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

C'est un Rève... un de mes rêves depuis fort longtemps !

C'est à Chicago que tout commence, sur les rives du lac Michigan, à l'ombre de quelques-uns des gratte-ciels les plus hauts du continent. Les habitants eux-mêmes affirment que, du haut du John Hancock Center, on embrasse le panorama le plus spectaculaire sur la skyline de la « Windy City », à l'abri d'un observatoire à 360° entièrement vitré.

Alors pourquoi Route 66 et par Road 66 ? Un héritage français ? Non, ou, en tout cas, seulement étymologiquement parlant puisque le mot « route » est latin et français. Non, « Route », en américain, cela signifie « itinéraire ». C’est donc l’itinéraire 66. On parle d’ailleurs aussi de « maritim routes » (« voies maritimes  » ). Par ailleurs, aux Etats-Unis, le mot « road » désigne la route hors agglomération. Pour ceux qui l’ont déjà empruntée, la Route 66 est un mélange de « road  » , hors agglomération, et de « street  » , lorsqu’elle traverse des villes. Et si l’on prend la Route 66 dans son ensemble et dans son idée de départ, le terme « itinéraire » semble tout à fait justifié.

Un Rève : la route 66 ~~~
Un Rève : la route 66 ~~~

Véritable mythe, la Route 66 suscite bien des interrogations. Voici les réponses aux questions les plus fréquemment posées à son sujet !

 

Quelle est la longueur de la Route 66 ?

Il n’y a pas de réponse unique à cette question, pour une simple raison : au cours de ses 59 années d’existence, la Route 66 a constamment changé de tracé. Les chemins étroits des débuts ont été remplacé au fil de l’augmentation du trafic par des routes plus larges, parfois à quatre voies. Mais c’est surtout en 1937 que la Route 66 a vu sa longueur notablement diminuée : plutôt que de passer par Santa Fe en faisant un grand détour, elle a alors coupé tout droit vers Albuquerque.

La longueur couramment admise est donc celle « post 1937 », amputée du détour par Santa Fe. Dès lors, la Route 66 a avoisiné les 2 280 miles, soit environ 3 670 kilomètres.

Pourquoi le matricule « 66 » ?

Lors de la création du réseau de routes inter-états, en 1925, il fut acquis que les routes principales porteraient des numéros inférieurs à 100. D’autre part, celles assurant des liaisons selon l’axe est-ouest hériteraient de numéros pairs, les impairs étant réservés pour les routes nord-sud.

La Route 66 devait initialement s’appeler « Route 60 », mais des élus des états du Kentucky et de Virginie ont insisté pour garder le matricule 60 pour une de leurs routes. Cyrus Avery, le père de la Mother Road, et ses collègues se sont alors rabattus sur le « 66 », qui sonnait bien avec le double six ! Après la guerre, ce numéro fournira une jolie rime pour la chanson de Bobby Troup : « Get your kicks on Route 66 » !

Pourquoi « Route 66 » et pas « Road 66 » ou « Street 66 » ?

Le terme route est un faux ami : en américain, il signifie « itinéraire ». Il faudrait donc en théorie traduire Route 66 par « itinéraire 66 », ce qui manque quand même un peu de charme ! Quant aux termes road et street, ils désignent un type de chaussée : une route hors agglomération destinée aux véhicules à moteur pour le premier, une rue ou allée en milieu urbain pour le second. En clair, la « Route 66 » peut par endroits être une road, et à d’autres endroits être une street ou une avenue !

Combien de temps a-t-il fallu pour la construire ?

La Route 66 n’a pas vraiment été « construite ». Elle n’est pas née ex nihilo, mais était initialement un patchwork hétéroclite de routes et chemins de terre existant parfois depuis des siècles. En 1926, ces voies mises bout à bout ont été réunies sous la bannière de la « Highway 66 », qui permettait de plus facilement suivre son itinéraire de Chicago à Santa Monica. En quelque sorte, la Route 66 est née du jour au lendemain ! Par contre, il fallut encore quelques années avant qu’elle ne soit entièrement goudronnée.

Quand la Route 66 a-t-elle été pavée sur toute sa longueur ?

À son inauguration en 1926, la Route 66 n’est bitumée que sur un tiers de sa longueur ! Certains passages, comme le «Jericho Gap» au Texas deviennent tristement célèbres : ces parties en terre battue se transforment en champs de boue lors des averses – souvent violentes – qui sévissent dans la région. Il faudra attendre jusqu’en 1937 pour que ces ultimes vestiges des origines de la Route 66 soient bitumés ou – le plus souvent – tout simplement contournés.

Combien d’états traverse-t-elle ?

Huit ! De l’est vers l’ouest : l’Illinois, le Missouri, le Kansas, l’Oklahoma, le Texas, le Nouveau Mexique, l’Arizona et enfin la Californie.

Combien de fuseaux horaires coupe-t-elle ?

Trois : ainsi, lorsqu’il est midi à Chicago, il n’est encore que dix heures à Santa Monica, l’autre terminus.

Quelle a été la dernière ville contournée par l’autoroute ?

C’est à la ville de Williams, dans l’Arizona, que revient le triste privilège d’avoir été la dernière cité à être « débranchée » du flux de trafic, dérouté vers l’Interstate le 13 octobre 1984. Heureusement, la proximité du Grand Canyon et la présence du terminus du chemin de fer touristique le desservant a permis à Williams de conserver une certaine prospérité.

Combien d’autoroutes a-t-il fallu pour contourner la Route 66 sur toute sa longueur ?

Cinq : l’I-55 entre Chicago et St. Louis, l’I-44 entre St. Louis et Oklahoma City, l’I-40 entre Oklahoma City et Barstow, l’I-15 entre Barstow et San Bernardino, et enfin l’I-10 entre San Bernardino et Santa Monica. L’association de promotion de la Route 66 avait plaidé pour que ces autoroutes soient unifiées sous le matricule « 66 » afin de conserver le souvenir de la Mother Road. En vain !

Voir aussi :
– Les grandes dates de la Route 66
– Bibliographie de la Route 66

Un Rève : la route 66 ~~~

La pintade rose 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article