Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

LA COCAÏNE

« Tu crois que la cocaïne augmente tes perceptions, qu’elle te permet de te surpasser, que tu vas pouvoir mieux contrôler les choses ? C’est un piège. Très vite, tu ne paies plus tes factures, tu ne te laves plus, tu laisses tomber tes amis et ta famille. Tu restes seul et sans défense. » Nigel

« Avec la coke, vous êtes comme un papillon de nuit piégé par la lumière. Elle vous attire de plus en plus et vous ne pouvez plus vous arrêter. Ce n’est pas physique. C’est dans votre tête. Plus vous en avez, plus vous en prenez. Je m’en suis injecté toutes les dix minutes. J’ai emprunté de l’argent à la banque pour en acheter. Ensuite j’ai perdu mon travail. C’était pire. Je me shootais tout le temps. Cette chose me rendait folle. Je le savais mais je continuais. Je suis devenue une vraie loque. » Marilyn

« Un ami se droguait depuis quatre ans, dont trois ans avec de la cocaïne, du LSD, de la morphine, mais aussi en consommant des doses importantes d’antidépresseurs et d’antidouleurs, en fait, tout ce qu’il pouvait trouver. Il se plaignait tout le temps de terribles douleurs physiques, et cela a empiré, à un tel point qu’il est finalement allé voir un médecin.

« Le médecin lui a dit qu’il ne pouvait plus rien faire, qu’il était condamné et que vu l’état de détérioration de son corps, il n’en avait plus pour très longtemps. Quelques jours après, il était mort. » Wayne

« Je n’avais plus de futur. Je ne voyais pas comment me sortir de cette dépendance à la cocaïne. J’étais perdue. J’enrageais mais j’étais incapable d’arrêter. J’avais des hallucinations, la sensation que des bestioles rampaient sous ma peau. Je les sentais chaque fois que je me shootais et je me grattais avec la pointe de ma seringue jusqu’au sang pour qu’elles s’en aillent. Une fois j’ai tellement saigné qu’on a dû me conduire d’urgence à l’hôpital. » Susan

« Ne touchez pas à la cocaïne. J’ai passé deux ans en prison à cause de cette drogue. Et lorsque je suis sortie, la vie était si dure que j’ai recommencé à en prendre. Je connais dix filles qui sont devenues des prostituées à cause de la cocaïne. C’est bien plus fort et dégradant qu’on ne le croit. On ne se rend pas compte sur le moment à quel point ça détruit. » Shawne

La drogue n'est pas ce qu'elle semble

Même si l'on connaît la personne qui a vendu ou donné la drogue, on ne peut être sûr de son contenu. Il peut s'agir de la drogue qu'on a voulu et payé. Il peut s'agir aussi de quelque chose de complètement différent.

  • La marijuana fumée peut s'avérer beaucoup plus forte que prévu. Elle peut également être contaminée par des pesticides ou la moisissure.
  • Les vendeurs peuvent mélanger la vraie drogue avec des substances telles que la fécule de maïs, les savons, ou d'autres drogues, comme les méthamphétamines. Par exemple, beaucoup de pilules d'ecstasy vendues peuvent contenir peu ou pas du tout de MDMA.
  • Parfois, les drogues sont mélangées avec d'autres substances très puissantes (par exemple, l'héroïne mélangée avec du fentanyl). Cette combinaison peut être mortelle.

Saviez-vous que?

Les études montrent que la concentration moyenne de THC, la principale composante psychotrope de la marijuana, a augmenté de 300 % à 400 % au cours des dernières décennies. Apprenez-en davantage au sujet de la marijuana.

Prendre des drogues dans un environnement inconnu

Lorsque les gens se droguent, surtout la première fois, ils peuvent ne pas savoir quoi faire si quelque chose tourne mal. Ils peuvent se retrouver dans une situation qui les dépasse et ne pas pouvoir :

  • trouver quelqu'un pour leur venir en aide,
  • retourner à la maison, ou
  • obtenir de l'aide médicale s'ils en ont besoin.

Penser remédier à l'abus de drogue

Beaucoup de consommateurs de drogues, à leur début, pensent pouvoir contrôler les effets. Ils s'imaginent pouvoir limiter leur consommation à un niveau sécuritaire, afin que la drogue ne bouleverse pas leur vie. Cependant, les effets nocifs de la consommation régulière souvent s'accumulent lentement au fil du temps. Parfois, ils n'apparaissent qu'après des mois ou des années.

Effets à long terme de la drogue

Au fil du temps, les effets négatifs des drogues peuvent l'emporter sur les effets positifs perçus. Sous l'influence des drogues, les gens ne prennent habituellement pas de bonnes décisions. Ainsi, plusieurs aspects de leur vie peuvent en souffrir.

  • École - la consommation de drogues peut affecter la capacité d'étudier, de se concentrer en classe et d'être à jour dans les devoirs.
  • Travail - si quelqu'un ne peut pas se concentrer en raison de sa consommation de drogue, il peut perdre son emploi. Pire, il pourrait mettre en péril sa sécurité ou celle des autres au travail.
  • Relations - les drogues peuvent rendre les personnes émotives et déraisonnables, en particulier si les autres critiquent leur consommation.
  • Argent - se droguerpeut revenir cher. Il peut être difficile de payer ses factures ou d'acheter des biens dont ils ont besoin.
  • Humeur - on peut se sentir bien lorsqu'on en prend, mais se sentir mal lorsque les effets de la drogue se dissipent.
  • Sexe - se droguer peut faire oublier les pratiques sexuelles sans risque. Ce qui pourrait entraîner une infection transmissible sexuellement ou une grossesse non désirée.
  • Problèmes juridiques - la vente ou la possession illégale de drogues peut grandement affecter l'avenir d'un jeune. S'il est accusé et condamné, il aura un dossier criminel qui peut poser un problème dans l'avenir avec les employeurs potentiels ou lors des voyages à l'extérieur du pays. 

Les drogues peuvent également influencer la vie des gens de manière inattendue. Parmi les risques figurent les dangers physiques.

  • La forte consommation de certaines drogues affecte non seulement le cerveau, mais aussi les principaux organes, comme le foie, les reins et les poumons.
  • Lorsqu'on s'injecte des drogues, il y a un risque sérieux de contracter une infection virale transmise par le sang. Le partage d'aiguilles et avoir des rapports sexuels non protégés peuvent propager des maladies comme l'hépatite C, et le VIH.
  • La conduite d'automobile avec les facultés affaiblies augmente les risques d'avoir un accident,  de se blesser ou de blesser quelqu'un d'autre.
  • Il existe de nombreux effets dangereux et imprévisibles liés à l'abus de drogues, y compris la dépendance, la surdose et la mort.

Saviez-vous que?

La marijuana contient plusieurs centaines de substances, dont certaines sont psychoactives et peuvent affecter le bon fonctionnement du cerveau et du corps. Apprenez-en davantage sur les risques pour la santé liés à la consommation de la marijuana.

La santé mentale peut également être affectée si les gens consomment des drogues. Certaines drogues déclenchent des psychoses, un trouble mental qui fait perdre tout contact avec la réalité. Les gens qui ont des antécédents personnels ou familiaux de psychose sont particulièrement à risque.

Une personne accoutumée à une drogue :

  • sait qu'elle ne peut pas fonctionner sans cette drogue,
  • passe la plupart de son temps à chercher et consommer de la drogue,
  • a besoin d'une plus grande quantité de drogue afin d'obtenir le même effet, et
  • consomme la drogue (ou d'autres drogues) pour faire face, ou éviter, les effets de sevrage.

Obtenir de l'aide

Avez-vous des problèmes avec la consommation de drogues? Est-ce qu'une personne qui vous est chère a un problème?

De l'aide est disponible, que vous en ayez besoin pour vous-même, un ami ou un membre de votre famille.

La Cocaine... les drogues, n'y touchez pas

La cocaïne provoque un effet euphorisant bref et intense, immédiatement suivi d’une profonde dépression, d’une grande nervosité et d’une dépendance incontrôlable. Les consommateurs réguliers mangent et dorment mal. Cette drogue peut générer une forte accélération du rythme cardiaque, des spasmes musculaires et des convulsions. La drogue peut rendre les gens paranoïaques,1 en colère, hostiles et anxieux, même quand ils ne planent pas.

Quelles que soient la quantité prise et la fréquence de consommation, la cocaïne augmente les risques de crise cardiaque, d’apoplexie, d’attaques ou d’insuffisance respiratoire, qui peuvent entraîner une mort brutale.

Quels sont les effets à long terme de la cocaïne ?

À l’origine, le mot « toxicomane » a été créé pour décrire les effets secondaires négatifs de la consommation régulière de cocaïne. Comme la tolérance à la drogue augmente, il devient nécessaire d’en prendre des quantités plus importantes pour obtenir le même effet. Un usage quotidien prolongé peut conduire à l’insomnie chronique (incapacité à dormir) et à la perte d’appétit. On peut devenir psychotique et être victime d’hallucinations.

Comme la cocaïne interfère avec les réactions chimiques du cerveau, on a besoin d’une consommation plus importante, simplement pour se donner l’impression d’être normal. Les personnes qui deviennent dépendantes à la cocaïne perdent tout intérêt pour les autres domaines de la vie.

La « descente » provoque une dépression si grave que les cocaïnomanes sont prêts à faire n’importe quoi, y compris tuer, pour se procurer leur dose.

S’ils ne l’obtiennent pas, la dépression risque de devenir si intense qu’elle peut les conduire au suicide.


 
Effets à court terme
  • Anorexie (perte d’appétit)
  • Augmentation du pouls, de la pression sanguine, de la température corporelle
  • Vaisseaux sanguins périphériques contractés
  • Accélération de la respiration
  • Pupilles dilatées
  • Troubles du sommeil
  • Nausée
  • Hyper-stimulation
  • Comportement bizarre, incohérent, quelquefois violent
  • Hallucinations, nervosité excessive, irritabilité
  • Hallucination tactile qui crée l’illusion d’avoir des insectes sous la peau
  • Euphorie intense
  • Anxiété et paranoïa
  • Dépression
  • Dépendance
  • Panique et psychose
  • Overdoses (même après une seule fois) pouvant mener à des convulsions, à des crises et à une mort subite
La cocaïne cause des dommages au cœur, aux reins, au cerveau et aux poumons.
La cocaïne cause des dommages au cœur, aux reins, au cerveau et aux poumons.
 
poumons.
Effets à long terme
  • Détériorations irréversibles des vaisseaux sanguins du cœur et du cerveau 
  • Tension élevée, conduisant à des crises cardiaques et à la mort
  • Détérioration du foie, des reins et des poumons
  • Destruction des tissus du nez lorsqu’elle est sniffée
  • Défaillances respiratoires si elle est fumée
  • Maladies infectieuses et abcès lorsqu’elle est injectée
  • Malnutrition, perte de poids
  • Graves caries dentaires
  • Hallucinations auditives et tactiles
  • Dysfonctionnement sexuel et organes de reproduction déficients, stérilité (hommes et femmes)
  • Désorientation, apathie, épuisement et confusion
  • Irritabilité et sautes d’humeur
  • Fréquence accrue de conduite à risque
  • Délire ou psychose
  • Grave dépression
  • Tolérance et accoutumance (même après en avoir pris une seule fois)
« Ne touchez pas à la cocaïne. J’ai passé deux ans en prison à cause de cette drogue. Et lorsque je suis sortie, la vie était si dure que j’ai recommencé à en prendre. Je connais dix filles qui sont devenues des prostituées à cause de la coke. C’est bien plus fort et dégradant qu’on ne le croit. On ne se rend pas compte sur le moment à quel point ça détruit. » Shawne

    Arbuste cultivé en Bolivie et au Pérou dans la région des Andes. Feuilles vertes très luisantes.  Le cocaïer  ressemble  beaucoup

    au fusain cet arbrisseau cultivé dans les haies. La cocaïne se présente sous forme de poudre blanche floconneuse et cristalline ressemblant à de la neige.

    Son conditionnement de trafic est le sachet, le flaconnage de fortune par réutilisation de petits récipients pharmaceutiques.

     

    La cocaïne est un puissant stimulant

    La cocaïne  est extraite de la feuille de coca. Elle se présente sous la forme d’une poudre blanche cristallisée, incolore et à la saveur amère.

     

    Les modes de consommation traditionnels de la coca en Amérique du Sud sont :

    • la mastication de la feuille de coca, qui provoque une stimulation légère ;

    • l'absorption de tisane de feuille de coca, aux effets également limités.

    La  mastication peut aussi consister en une chique (llipta) d'une pâte masticatoire (aculli) qui est un mélange d'un alcali  (cendres de pommes de terre, de bananes ou Chaux) et de feuilles de coca

    MODALITES  D’USAGE

    Usage le plus répandu

    - Prisée (ou «sniffée» en langage courant) :  méthode consistant à inhaler la cocaïne sous forme de poudre, en général au moyen d'un petit tube appelé « paille ».  La cocaïne est alors disposée en petits tas filiformes, appelés « traits », « barres », « rails », « lignes », « tracks »,« lichettes », « pointes », « poutres » ou « traces » ou "pilouche" ou   encore  "poteau". L'effet se fait sentir au bout de deux minutes et dure environ une heure.

    Usages courants

    - Freebase : cocaïne base (libérée de son sel) en mélangeant le chlorhydrate  (cocaïne poudre)  avec de l'ammoniac (ou du bicarbonate de soude), ensuite chauffée jusqu'à apparition des cristaux (il s'agit de cocaïne sous forme de sa base libre) et ensuite lavée à l'eau,  ceci pour  éliminer toutes les traces d'alcali (ammoniaque, bicarbonate, etc.) ayant  servi  à  sa  préparation.  Sous forme de sa base libre, elle est volatile, et se fume dans une pipe spécifique (parfois considéré comme analogue au crack). L'effet se fait sentir au bout de deux minutes et dure environ 30 minutes.

      -   fumée en joint.

      -  «chasser le dragon» : méthode consistant à inhaler les vapeurs de cocaïne, chauffée la plupart du temps sur une feuille d'aluminium par le dessous.

      -  ingérée en parachutes une dose de cocaïne est enveloppée dans du papier à cigarettes et gobée. L'effet se fait sentir au bout de 20 minutes et dure environ 1 heure.

      -  injectée en intraveineuse.  L'effet se fait sentir au bout de 10 secondes et dure environ 20 minutes. Elle se rencontre généralement chez les polytoxicomanes.

    Usages anecdotiques

       -  appliquée sur certaines muqueuses (rectale, vaginale ou gland).  L'insensibilité obtenue passe pour prolonger l'acte sexuel car ces zones sont anesthésiées.

       -  par voie orale sous forme d'extrait, de teinture ou de vin. Cet usage était majoritaire au XIXe siècle. Elle  est parfois consommée avec de l'héroïne  (speed-ball)  afin  de compenser les effets  dépresseurs de l'héroïne par les effets stimulants de la cocaïne. Avec de l'alcool, ceci  augmente  la  toxicité  des  deux produits.

    Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

    Commenter cet article