Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par La pintade rose

Après avoir fait des études de graphisme et beaux-arts sur Paris entre 1998 et 2003 (académie Penninghen et académie Charpentier, Paris 6) et travaillé durant près de 8 ans chez Graphigro, sur Paris. J'ai continué ma voie dans le graphisme en tant que graphiste indépendante entre Paris, Oslo et Bergen en Norvège. Je suis depuis 2009, artiste peintre (hyperréalisme) et illustratrice pour diverses revues, presse et à mon compte. Expositions personnelles et collectives en France, Norvège, Allemagne, Angleterre et Maroc.

Une artiste remarquable que je viens de découvrir, Linda Moufadil ()()()

Le travail de Linda Moufadil témoigne d’un extrême souci de la forme. Celle-ci constitue un accès à la vie, comme rythme et respiration par divers effets  de couleurs et de leurs glissements qui deviennent des écart de langage plastique dans tout un jeu du proche et de lointain. Le réel est là mais de manière distanciée afin de créer un expressionnisme profondément poétique dans la mesure où il tire des apparences prévisibles des échos plus profonds. Une voiture semble traverser les quais d’un port  (Tanger, Casa ?)  mais nous ne sommes sûrs de rien. Et c’est cela qui interroge. Où sommes nous ? Où allons nous ? Reste le flou enchaîné violemment à d’étranges découpes. Elles assaillent dans un étrange mélange dû sans doute aux deux cultures de l’artiste ( la marocaine et la norvégienne) et au jeu entre le calme stupéfiant d’un côté, le tremblement et la vitesse de l’autre.

La recherche fiévreuse de la réalité des êtres et des choses passe par autre chose que des effets de réel. L’artiste nous dirige sur ses franges élimées. Se touche un univers de l’ineffable en une sorte de  remémoration utérine. Elle trouve là de quoi sortir de tout ce qui retient, de tout ce qui nous retient. Nous n'y puisons pas seulement là la miroitante matière de ses songes. Linda Moufadil  fait remonter des images englouties arrimées à l’inconscient et que seulement et généralement l'embarcation de la nuit berce de sa cargaison chimérique. Mais nous sommes désormais en plein jour, au cœur d’une insomnie diurne dans le voyage au centre du réel dont l’artiste reconstitue les images. Loin du formalisme et du clivage abstraction-figuration surgit la densité des couleurs et des formes jusqu’à  une impression de mystère à la Hopper. Tout se passe comme s'il fallait éviter que les chose, les sujets, les thèmes ne se ramassent complètement. Au coeur même de la matière peinture, l'artiste atteint à la fois une densité de vide et une densité de vue en des lieux les plus communs d’où surgit souvent l'épaisseur d'une attente sans nom.

Une force silencieuse saisit au moment où la vie surgit dans une sorte de stupeur. Les personnages entrevus et dont la figuration se dissipe  n’appartiennent plus vraiment au réel. Mais  sans se perdre dans un pur jeu formel. Reste la couleur de lieux urbains où passent des vies ordinaires à peine saisies. Toutefois la ville est moins l’espace de la socialisation, de  la rencontre   que le refuge d’une certaine solitude traitée sans le moindre pittoresque et où les paramètres richesse/pauvreté, culture traditionnelle/coutumes importées, bonnes manières/rusticité, prestige / insignifiance sont esquissés. Evitant les descriptions morphologiques exhaustives Linda Moufadil laisse voir par exemple à la fenêtre d’un train une femmeau milieu du tumulte monstrueux du fer. Elle traverse les diagonales du temps qui se juxtaposent sans jamais vraiment les rencontrer en regardant dans le vide.
.
Il y a là tout un roman urbain en esquisse. Rejetant les points de vue conventionnels  « paysagistes » pour la représentation de la cité, l’artiste sans aucune perspectives nostalgiques, sans aucun respect pour un prétendu bon vieux temps donne du monde une vision étrangement décalée et belle. Sa peinture des formes urbaines est élaborée afin de  susciter tout un vécu émotif : de la satisfaction à l’isolement, de la complicité à la crainte. On est loin d’un panorama de la ville : on peut en lire les strates dans une peinture aussi  horizontale que verticale.


Jean-Paul.Gavard-Perret@univ-savoie.fr

Une artiste remarquable que je viens de découvrir, Linda Moufadil ()()()

Née en 1973 à Rabat, Linda Moufadil étudie en 1998 à l’Académie Charpentier à Paris. Elle est illustratrice et graphiste chez “Poésie Première”. Elle fait des couvertures de recueils de poèmes. Moufadil a publié trois livres dont un livre pour enfants chez Marsam Editions. Elle a aussi créé sa propre maison d’édition : Editions du Clos (livres pour enfants, poésie...)

 

Linda Moufadil a l’art d’interpeller, d’inciter à la curiosité, voire de dérouter à partir du quotidien. Sa production témoigne d’une certaine virtuosité, mais n’est nullement accessoire ou anecdotique. Elle dégage même un certain magnétisme. L’artiste travaille à partir de plusieurs photographies qu’elle fait  elle-même, dans lesquelles elle prélève les éléments utiles pour structurer son tableau.

 

Suit un travail très minutieux, fondé sur des croquis précis et un coup de pinceau habile tant les détails ont de l’importance. Elle privilégie des situations éminemment précaires qu’elle ne cesse de mettre en chantier dans différentes expérimentations : mouvements, personnages aux attitudes familières, surpris dans la nature. Elle témoigne d’instants évanescents, de situations qui ne tiennent qu’à un fil, explorant l’ambiance d’un temps typiquement improductif : celui de l’attente.

 

L’intérêt de sa production réside surtout dans la nostalgie de ses sujets.

 

«Je suis attirée par tout ce que fait l’homme et particulièrement la mobilité, …. Par exemple, la voiture me fascine car le complexe mécanique est visible et donc facile à comprendre.»
(Linda Moufadil)

 

Bibliographie

 

• www.linda-moufadil.odexpo.com

 
Photo : L. Moufadil, La Vitesse, non daté, technique huile sur toile, 87x116 cm. Collection Fondation Karim Bennani. © Hafid Jender

 

Cette biographie a été gracieusement mise à disposition par Dounia Benqassem, auteur du Dictionnaire des Artistes Contemporains du Maroc aux Editions Africarts.
Le dictionnaire est disponible en librairie, il est également possible de le commander en appelant le: 06 61 37 42 46. 

 

Une artiste remarquable que je viens de découvrir, Linda Moufadil ()()()
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article