Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Coups de cœur, coups de bec d'une habitante de Sant Nazer (44600)


Chris and the queens ()()()

Publié par La pintade rose sur 12 Juillet 2018, 09:37am

Catégories : #Femmes Femmes..., #j'aime

Une nouvelle identité ou libre d'être soi !

Christine and the Queens ou Chris est le nom de scène d'Héloïse Letissier, une chanteuse, auteur-compositrice-interprète et pianiste française née le 1er juin 1988 à Nantes.
Elle connaît le succès en 2014, dès la sortie de son premier album Chaleur humaine. Nommée à cinq reprises aux Victoires de la musique 2015, elle obtient deux récompenses, dont celle de l'artiste interprète féminine de l'année.
En 2016, l'édition française du magazine Vanity Fair la classe comme la Française la plus influente du monde.

Originaire de Saint-Sébastien-sur-Loire dans la banlieue nantaise, elle commence l’apprentissage du piano à 4 ans, la danse classique à 5 ans, puis le modern-jazz.
Elle étudie d'abord au lycée Clemenceau de Nantes, où elle suit l'option théâtre. Passionnée de littérature, elle continue ses études en hypokhâgne et khâgne au lycée Fénelon à Paris. En 2008, elle part à Lyon, car elle entre à l'École normale supérieure en études théâtrales et (parallèlement) au Conservatoire d'Art dramatique. À la suite d'une rupture amoureuse et d'une dépression, elle part deux semaines à Londres où elle se réfugie chez Madame Jojo’s, un cabaret queer et fait la rencontre de drag queens, dont Russella, aujourd'hui sources de son inspiration et de ses créations. Elle retourne à Paris en 2010 pour se consacrer à son projet Christine and the Queens, mêlant musique, performance, vidéo, dessin et photographie. Ce projet voit le jour fin 2010 à Londres.
Parmi ses influences on peut citer Christophe et Pina Bausch, mais aussi David Bowie et Michael Jackson, dont elle s'inspire fortement pour son jeu de scène et ses pas de danse (particulièrement flagrant par exemple dans le clip Saint Claude). Elle adopte un look androgyne, chantant le plus souvent vêtue d'un costume de coupe masculine Carr. Elle « revendique le droit de ne pas se définir dans son genre comme dans sa sexualité ».

Débuts de carrière (2011-2014)
En 2011, révélée par Marc Lumbroso chez Remark Records sur les conseils de sa fille Jessi, elle sort son premier EP baptisé Miséricorde, suivi d'un deuxième EP en 2012, Mac Abbey, dont sont extraits les titres Narcissus is back et Cripple. Ces deux premiers EP ont été mixés par l'ingénieur du son nantais Jean-François Moreau, qui a également travaillé avec Bruno Pelletier ou encore Liz Cheral. Ces deux EP portent le nom de deux de ses cinq Queens, Mathusalem, Mouise, Motus, Miséricorde et Mac Abbey. Christine and the Queens assure alors la première partie de Lykke Li, The Dø ou encore Woodkid, puis en 2013 de Lilly Wood and the Prick et Gaëtan Roussel. Composant seule sur son ordinateur, elle réalise des prestations scéniques entre théâtre, danse et chant, à la manière de Laurie Anderson.
En 2012, elle remporte le prix « Découverte » du Printemps de Bourges et le prix « Premières Francos » lors des Francofolies. À l'automne de la même année, elle signe un contrat d'artiste chez le label indépendant français Because Music et bénéficie de moyens plus importants : des danseurs sont désormais présents lors de ses concerts. Elle prête sa voix en 2012 aux titres Distance et Wasteland du duo électronique The Name. Son troisième EP, Nuit 17 à 52, sort le 3 juin 2013. Son style musical est fréquemment qualifié d'électro-pop. En février 2014, Christine and the Queens est nommée aux Victoires de la musique dans la catégorie Groupe ou artiste révélation scène.

Christine and the Queens sort son premier album Chaleur humaine le 2 juin 2014, d'où sont extraits ses deux principaux succès, Saint-Claude et Christine. Elle entame une tournée en 2014 et se produit notamment au festival des Vieilles Charrues le 17 juillet 2014. Elle s'est également produite au Coconut Music Festival à Saintes les 26, 27 et 28 septembre 2014, et au Botanique à Bruxelles le 4 octobre 2014. L'album devient disque d'or le 2 octobre 2014. Une édition spéciale comprenant notamment un DVD est publiée fin d'année. Sa tournée se poursuit en 2015, dans des salles telles que la Cigale ou encore l'Olympia, le 6 mars 2015. Un EP iTunes Session sort le 9 février 2015, comprenant six chansons enregistrées en direct en novembre 2014. Christine fait l'objet d'un nouvel arrangement, et Safe and Holy n'est accompagnée que d'un piano. Des cordes sont également ajoutées sur certains titres avec la participation du collectif c o d e.
Le 13 février 2015, lors de la 30e cérémonie des Victoires de la musique, Christine and the Queens obtient deux récompenses sur cinq nominations, dont celle de l'artiste interprète féminine de l'année. Un autre EP, Saint Claude, sort par ailleurs exclusivement aux États-Unis le 14 avril 2015 sur le label Neon Gold Records. Il comprend cinq chansons en anglais, dont Tilted, une version en anglais de Christine (qui est elle-même une version en français de Cripple, sorti en 2012 sur l'EP Mac Abbey). L'album Chaleur humaine devrait par ailleurs être distribué aux États-Unis.
Un EP, Intranquillité, en version limitée à 1 000 exemplaires, a été publié le 18 avril 2015 dans le cadre du Disquaire Day. Il comprend quatre titres, dont un inédit, Intranquillité, régulièrement joué en concert depuis 2014 sous le titre Dessassossego, ainsi que la reprise d'Amazoniaque (déjà présent sur l'EP Mac Abbey), dans un arrangement différent[24]. Les chorégraphies des clips et de la tournée sont de Marion Motin, également chorégraphe de Stromae. Un premier extrait de l'album international, dont la parution est prévue le 16 octobre 2015, est publié le 9 septembre. Il s'agit de No Harm Is Done, interprété en anglais. Elle en réalise elle-même le clip. Elle sort en tant que second extrait le 9 février 2016 le titre Here qui est un duo avec le rappeur Booba.
En 2016, elle domine le Top 50 des Français les plus influents à l'étranger, selon le classement effectué par le magazine Vanity Fair.
Un nouvel album sous le nom d’artiste Chris est attendu pour le 21 septembre 2018. L'album s'intitule également Chris. Le 17 mai 2018 sort le premier single qui en est extrait. Ce single est le fruit d'une collaboration avec le musicien américain Dâm-Funk. Le single sort directement en deux versions, une française nommée Damn, dis-moi et une en anglais, nommée Girlfriend. Le 5 juillet 2018, le second single extrait du nouvel album sort également en deux versions, l'une en français intitulée Doesn't matter (voleur de soleil), l'autre en anglais intitulée Doesn't matter.

En mars 2015, pour le magazine Terrafemina, elle se définit comme bisexuelle et affirme d'ailleurs à propos du milieu des clubs travestis londoniens qu'elle a fréquenté : « Ces travestis sont devenus des amis, ils ont été ma source d'inspiration et de création. Ils m'ont donné l'idée de me créer un personnage, de m'inventer une autre silhouette, une autre manière d'évoluer dans l'espace. Christine, avant d'être un projet musical, a été ma solution pour exister correctement. Les Queens (en) de « Christine and the Queens », c'est un hommage que je leur rends. Sans eux, je ne serais pas là aujourd'hui ». En janvier 2016, dans une interview pour le magazine Elle, Christine and the Queens se définit comme pansexuelle.
Son père est professeur d'anglais à l’université de Nantes et sa mère professeur de français et de latin au collège.
Elle a également un frère aîné, Florentin, qui est professeur de sciences économiques et sociales et élu écologiste à Paris.

Ne m'appelez plus jamais "Christine" mais CHRIS ! 

Chris and the  queens ()()()

Elle tire un trait sur sa précédente identité. Christine and the Queens, de son vrai prénom Héloïse Letissier, a fait un choix fort à l'approche de son second album. Que ce soit sur son site officiel ou les réseaux sociaux, l'artiste a littéralement rayé la mention « tine and the Queens » et demande désormais à ce qu'on l'appelle simplement « Chris ». Une manière pour la chanteuse de se réinventer, elle qui s'était déjà imaginée en homme.
« Il va falloir s’habituer à m'appeler Chris. Ce cycle qui s'ouvre avec ce nouveau titre et ce deuxième album, il est celui de l'évolution du personnage »a-t-elle confié à RTL. « Chris c'est un surnom avec encore moins de genre, avec encore moins de manière aussi. C'est aussi une façon très rapide d'appeler une petite canaille aussi » souligne celle qui s'était insurgée contre le sexisme dont elle a fait l'objet. Désormais, l'artiste cherche à se réinventer et à se remettre en question à chaque disque.

« Ça a été assez logique. Sur les scènes avec mon premier album, je commençais à voir de quoi serait fait le deuxième. Sur scène, je suis devenue une femme athlète, une femme patronne, une femme puissante » déclare l'interprète de Chaleur humaine. Fière d'être un symbole et une inspi­ra­tion pour les femmes ainsi que la commu­nauté Lesbienne, Gays, Bi et Trans (LGBT), Chris continue à faire bouger les lignes et à secouer les esprits.

La pansexualité se définit comme l'attirance sexuelle, émotionnelle, romantique ou spirituelle pour d'autres personnes sans considération de leur sexe biologique, de leur expression de genre ou de leur orientation sexuelle. Une personne pansexuelle, comme c'est le cas pour d'autres orientations sexuelles, peut être attirée par une personne située n'importe où sur l'expression du spectre du genre, incluant les hommes, les femmes, les personnes bigenres, queers, intersexes ou agenres.
Le terme de pansexualité peut également être employé par les personnes qui ne souhaitent pas s'identifier comme strictement hétérosexuelles ou bisexuelles ni se rattacher à un genre particulier, ou qui souhaitent rejeter la binarité de genre et de sexe.
Une mésinterprétation commune est de penser la pansexualité comme un « aveuglement au genre », ce qui ne se vérifie pas nécessairement. Effectivement, une personne s'identifiant comme pansexuelle peut avoir des préférences de sexe ou de genre, et ce de façon passagère ou prolongée.

Il est à noter que différentes interprétations du terme coexistent :
▪ Il s'agira parfois de caractériser les individus potentiellement attirés sexuellement et/ou sentimentalement par tous les sexes/genres, y étant sensibles ou non, sans pour autant que ceux-ci ne constituent un critère d'attirance déterminant.
▪ Il est parfois considéré qu'alterner au cours de sa vie plus de deux attirances amoureuses ou sexuelles, même rigides, est un caractère suffisant pour définir la pansexualité.
▪ Certains enfin considèrent qu'en raison de la forte implication du vécu et du ressenti dans les processus d'identification, ainsi que du caractère flou du terme, il appartient à chacun de choisir de se désigner comme tel ou non.

Comparaison avec la bisexualité et d'autres identités sexuelles
La définition de la bisexualité ne fait pas l'objet d'un consensus, que ce soit au sein de la communauté scientifique comme parmi les personnes concernées, ce qui rend la comparaison entre bisexualité et pansexualité difficile.
Ainsi, il est souvent considéré que la bisexualité n'inclut que l'attirance envers deux genres, cette définition de la bisexualité pouvant être changeante selon la volonté ou non de se démarquer des personnes pansexuelles. Selon certains, la bisexualité peut ainsi s'inscrire dans le cadre de la binarité de genre (attraction strictement dirigée vers des hommes et des femmes) tandis que la pansexualité s'afficherait dans une perspective non-binaire (incluant d'autres genres que les femmes et les hommes : personnes intersexes, non-binaires) et est parfois considérée comme plus inclusive que la bisexualité. Cependant, ces définitions sont débattues et ne retranscrivent pas nécessairement de manière fidèle le ressenti des personnes qui se définissent bisexuelles, celles-ci n'excluant pas nécessairement de leur attirance les personnes s'identifiant d'un autre genre que masculin ou féminin cisgenres.
D'autres définitions de la bisexualité peuvent parfois se rapprocher plus ou moins de la pansexualité. Elles incluent le fait que la bisexualité désigne une attirance envers plus d'un genre, ou envers de multiples genres, ou qu'elle englobe des attirances et des comportements à la fois hétérosexuels et homosexuels. Selon l'American Institute of Bisexuality, la classification scientifique du terme bisexualité « ne traite que du sexe biologique et physique des personnes impliquées, et non de leur expression de genre ».
Le terme de pansexualité est parfois utilisé de manière interchangeable avec celui de bisexualité. Dans une étude analysant les identités sexuelles, la moitié de tous les répondants et répondantes bisexuels et bisexuelles ont choisi de se définir à travers une identité sexuelle « alternative » telle que queer, pansexuel, pansensuel, polyfidèle, ambisexuel ou encore polysexuel. La polysexualité est similaire à la pansexualité dans sa définition, c'est-à-dire qu'elle « englobe plus d'une sexualité », mais pas nécessairement toutes les sexualités.
La pansexualité est différente du polyamour, qui signifie entretenir plus d'une relation intime à la fois, avec le consentement de toutes les personnes impliquées. Le terme fluide peut indiquer que « l'homosexualité d'une personne et des attractions hétérosexuelles existent dans un état de flux et changent au fil du temps »

Amalgames
Certains considèrent parfois l'utilisation du terme pansexualité comme un acte de militantisme, avançant que se déclarer pansexuel reviendrait à placer, en acte, tous les genres et les sexes sur un pied d'égalité, ainsi qu'à refuser de se voir « classé » au regard des trois orientations sexuelles les plus habituelles. Il s'agirait plutôt ici d'affirmer sa désapprobation vis-à-vis d'un système binaire des genres (la démarche s'apparentant alors davantage à l'utilisation de termes tels que « non-binarité » ou « genderfucker (en) »), ou d'une conception étroite de la sexualité. Ne s'agissant pas d'un choix, une attirance sexuelle, bien que parfois politisée, n'est en aucun cas un acte militant. Servir un but sous couvert d'une inclinaison sexuelle ou affective s'apparente donc à une forme de réappropriation.
Tout comme le sexe ou l'identité de genre, la pansexualité n'est pas corrélée à une quelconque inclination pour un type spécifique de relation : le couple libre ou encore la sexualité de groupe, au même titre que leur rejet, se retrouvent chez les pansexuels, comme chez les individus se définissant comme hétérosexuels, homosexuels ou bisexuels.

Culture populaire
Dans la série télévisée Torchwood, le capitaine Jack Harkness aime flirter avec la plupart des personnages qu'il rencontre, quel que soit leur genre (humains comme extraterrestres).
L'autrice-compositrice-interprète Héloise Letissier, plus connue sous son nom de scène Christine and the Queens, revendique sa pansexualité. Elle affirme : « Je ne m'intéresse pas au genre ou au sexe de la personne, et je tombe amoureux ou amoureuse indifféremment de garçons et de filles, ou même d'entre deux. ».
Miley Cyrus déclare au magazine ELLE UK : « Je suis très ouverte à ce sujet — Je suis pansexuelle ».
L'autrice-compositrice-interprète Béatrice Martin, chanteuse connue sous le nom de Cœur de pirate, a déclaré sa pansexualité suite à la fusillade du 12 juin 2016 à Orlando.
Dans la saga Magnus Chase et les Dieux d'Asgard, le personnage principal peut être considéré comme pansexuel car il est en couple avec Alex Fierro, un/une argr pouvant changer de sexe à volonté.
Le personnage de Deadpool (univers Marvel), bien que ses principales idylles sérieuses soient avec des femmes, est pansexuel et cultive les running-gags où il drague lourdement de nombreux héros (comme Spider-Man ou Thor).
 

Chris and the  queens ()()()
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents