Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Coups de cœur, coups de bec d'une habitante de Sant Nazer (44600)


La mondialisation n’est pas nécessaire {}{}{}

Publié par La pintade rose sur 9 Décembre 2018, 09:11am

Catégories : #Les Odileries, #Tout est Politique

Pourquoi ? Je m’explique :

Les pauvres sont de plus en plus pauvres et les riches de plus en plus riches !

L’ histoire du monde commença ainsi >>>>

La mondialisation actuelle, sous l'impulsion des politiques néo-libérales, le monde de la finance s'est progressivement ouvert (désintermédiation, décloisonnement, dérèglementation) en simplifiant les règles de la finance, de supprimer les intermédiaires financiers et de faire tomber les barrières entre les différentes places financières afin de faciliter les échanges. 

Cette Globalisation financière à l'émergence d'un marché financier mondial où se sont multipliés les échanges de titres et de capitaux.

Bref, les conséquences sont  loin d'être justes (les inégalités des revenus et négatif pour l'environnement par le développement massif du transport qui a apporté de sérieux problèmes comme des émissions de gaz à effet de serre, du réchauffement climatique et de la pollution de l'air.

LPR

Histoire de la fourmi travailleuse

Il était une fois, une Fourmi heureuse et productive qui tous les jours arrivait de bonne heure à son travail. Elle passait toute sa journée à travailler dans la joie et la bonne humeur, poussant même la chansonnette. Elle était heureuse de travailler et son rendement était excellent mais, malheur, elle n'était pas pilotée par un manager !

Le Frelon, PDG de l'entreprise, considérant qu'il n'était pas possible que la situation puisse perdurer, créa un poste de manager pour lequel il recruta une Coccinelle avec beaucoup d'expérience. La première préoccupation de la Coccinelle fut d'organiser les horaires d'entrée et de sortie de la fourmi. Elle créa également un système de compte-rendu et de fiches navettes. Très vite, il fallut engager une secrétaire pour l'aider à préparer les dossiers et le reporting, si bien qu'elle recruta une Araignée qui mit sur pied un système de classement et qui fut chargée de répondre au téléphone.

Pendant ce temps là, la fourmi heureuse et productive continuait de travailler, travailler, travailler. Le Frelon, PDG de l'entreprise, était ravi de recevoir les rapports de la Coccinelle, si bien qu'il lui demanda des études comparatives avec graphiques, indicateurs et analyses de tendance. Il fallut donc embaucher un Cafard pour assister le manager et il fallut acheter un nouvel ordinateur avec une imprimante.

Assez vite, la Fourmi heureuse et productive commença à baisser de rythme et à se plaindre de toute la paperasserie qui lui etait dorénavant imposée. Le Frelon, PDG de l'entreprise, considéra qu'il était temps de prendre des mesures. Il créa donc le poste de chef de service pour superviser la Fourmi heureuse et productive.

Le poste fut pourvu par une Cigale qui changea tout le mobilier de son bureau et qui demanda un nouveau fauteuil ergonomique ainsi qu'un nouvel ordinateur avec écran plat. Seulement, avec plusieurs ordinateurs, il fallut aussi installer un serveur réseau. Le nouveau chef de service ressenti rapidement le besoin de recruter un adjoint (qui était son assistant dans son ancienne entreprise) afin de préparer un plan stratégique de pilotage ainsi que le budget de son nouveau service. Pendant ce temps-là, la Fourmi était de moins en moins heureuse et de moins en moins productive.

"Il va nous falloir bientôt commander une étude sur le climat social", dit la Cigale. Mais, un jour, le Frelon, PDG de l'entreprise, en examinant les chiffres, se rendit compte que le service dans lequel la Fourmi heureuse et productive travaillait n'était plus aussi rentable qu'avant. Il eut donc recours aux services d'un prestigieux consultant, M. Hibou, afin qu'il fasse un diagnostic et qu'il apporte des solutions.

Le Hibou fit une mission de trois mois dans l'entreprise à l'issue de laquelle il rendit son rapport : "il y a trop de personnel dans ce service".

Le Frelon, PDG de l'entreprise, suivit ses recommandations et... licencia la Fourmi !

Ces sociétés bénéficient souvent de monopoles de propriété intellectuelle, renforcés par des accords de libre-échange conçus pour développer leur pouvoir de marché. Ceci leur permet de percevoir des rentes économiques, en particulier aux stades antérieurs (la conception) et postérieurs (marketing et stratégie de marque) à la production, là où sont générés le plus de profits et de valeur ajoutée.

Dans le même temps, la concurrence de plus en plus intense dans la phase de production pousse les prix à la baisse, si bien que les employeurs comme les travailleurs perçoivent une part décroissante de la valeur. Nombre de pays en voie de développement qui auraient dû bénéficier de la mondialisation des chaînes de valeur sont ainsi restés confinés à des activités à faibles productivité et valeur ajoutée.

De graves déséquilibres

Le rapport 2018 de la Conférence des Nations unies sur le commerce et le développement

 (Cnuced, à paraître) constate que quelques grandes entreprises ont régulièrement accru leur part dans les exportations totales, jusqu’à dominer le monde. Cette tendance s’est même intensifiée depuis la crise financière mondiale de 2008, qui a mis en lumière le pouvoir de marché disproportionné d’une poignée d’acteurs.

Tout cela pour rien ! Pour que les pauvres habitent dans la rue. 

Tout cela, pour que les restaurants du cœur existent encore .

Tout cela pour qu’il reste encore des inégalités de salaires entre les hommes et les femmes, les politiques, nos gouvernants.

Tout cela pour les bénéfices soient distribués aux actionnaire et non partagés avec les salarié-ées.

Tout cela pour aller plus loin.

Tout cela pour changer le monde.

A quoi cela sert pour que certains restent sur la touche, crèvent de faim et de froid.

 Nos civilisations n’ont rien apporté de bien dans le monde. 

Etc.......

Et si cela changeait ....

                                PLR

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents