Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Le blog de la Pintade Rose Rainbow

Coups de cœur, coups de bec d'une habitante de Sant Nazer (44600)


Une avocate française défie trump sur sa loi d'Immigration !!!

Publié par La pintade rose sur 8 Février 2017, 20:15pm

Catégories : #j'aime, #Femmes Femmes...

Au mois de novembre dernier, fraîchement diplômée de l’université californienne de Pepperdine, la Française Sarah Brunet, 29 ans, ouvrait un petit cabinet d’avocat, spécialisé dans les dossiers d’immigration. Deux mois plus tard, la jeune femme se trouve au cœur de l’actualité américaine, grâce à la mise en place d’un site internet destiné à aider les voyageurs détenteurs d’un visa et venant de l’un de sept pays musulmans jugés « à risque » par le cabinet de Donald Trump.

Un site internet pour les voyageurs

Intitulé Track the Ban (tracktheban.com), le site web en question demande aux personnes ayant acheté un billet d’avion à destination des États-Unis de remplir un questionnaire de manière anonyme, en mentionnant la compagnie aérienne utilisée, ainsi que les aéroports de départ et d’arrivée, afin de leur indiquer si elles peuvent voyager sans difficulté.

 

« Le principe est des plus simples, explique l’avocate, originaire de Vétraz-Monthoux (Haute-Savoie). Il s’agit de dire aux passagers : vous avez le feu vert, le feu orange ou le feu rouge. Ils doivent savoir à quoi s’attendre pour connaître le meilleur moyen de rentrer chez eux. »

Une avocate française défie trump sur sa loi d'Immigration !!!
Depuis le lancement de son initiative « Track the Ban », Sarah Brunet aide des centaines de voyageurs venus des pays jugés « à risque » par Donald Trump. (Photo : Sarah Brunet) 

Mis en place jeudi dernier, le site internet ne se contente pas de publier les « feux verts », puisqu’il sert également de ressource pour les compagnies aériennes. « Il faut savoir que ces compagnies s’exposent à de gros risques si elles vendent des billets à des passagers susceptibles de se voir refuser l’entrée aux États-Unis, poursuit l’avocate. Non seulement elles sont obligées de payer pour le vol retour du passager en question, mais elles peuvent aussi écoper d’une amende de 3 000 dollars par voyageur » Le site propose donc aussi « d’écrire une lettre légale pour le passager, stipulant que celui-ci s’engage à endosser la responsabilité des frais et poursuites, explique-t-elle. De cette manière, la compagnie ne bloque plus les embarquements. »

Solidarité

Grâce à l’exploitation de cette faille logistique, Sarah Brunet est parvenue à aider des centaines de voyageurs menacés par le décret de Donald Trump. « Nous avons ainsi pu apaiser l’anxiété de toutes ces personnes qui ne savaient pas à quoi s’en tenir. Nous nous sommes également rendus, avec plusieurs bénévoles et d’autres avocats, à l’aéroport de Los Angeles, afin de voir si nous pouvions aider des gens sur place. Je pensais n’y rester qu’une ou deux heures, mais je suis arrivée le matin et je n’en suis partie que tard le soir… »

Sollicitée sans cesse, la jeune femme n’a quasiment pas eu le temps de dormir ou de manger depuis le lancement de Track the Ban, en dépit de l’aide d’une trentaine de bénévoles. Mais selon elle, le jeu en vaut la chandelle. « La rapidité avec laquelle le réseau d’aide s’est développé est magnifique. Cela révèle le véritable esprit des Américains. Il y a beaucoup de belles âmes, qui mettent un point d’honneur à incarner le mot « United » de United States of America. »

Des bénévoles œuvrant pour « Track the Ban » tentent d’entrer en contact avec les voyageurs et leurs familles au sein des aéroports. (Photo : Sarah Brunet) 

Bien qu’opposée aux restrictions voulues par le gouvernement de Donald Trump, Sarah Brunet se défend de toute action politique : « Il s’agit avant tout d’une démarche pratique et humanitaire, souligne-t-elle. La situation n’est pas acceptable pour ces gens, dont certains habitent ici ou sont étudiants. Selon le type de visa qu’elles possèdent, certaines personnes ont été retenues à l’aéroport sans pouvoir téléphoner à quelqu’un, sans avoir le droit de manger, de boire ni même d’aller aux toilettes ! D’autres sont simplement stoppées à cause de leurs origines ethniques, même si elles sont nées aux États-Unis ! »

« Ce décret, c’est de l’amateurisme »

L’avocate française dénonce une confusion générale, liée à la manière dont le décret anti-immigration a été rédigé. « Celui qui a fait cela n’a visiblement pas compris le droit et n’était même pas au courant du fonctionnement des différents types de visas, pointe-t-elle. Par ailleurs, le décret a semé la pagaille au sein des différentes autorités intervenant pour le compte de l’immigration américaine. Tout cela a été mal bâti dès le départ. C’est de l’amateurisme. »

En parvenant à exploiter les failles logistiques du décret, Sarah Brunet a ainsi pu trouver des solutions temporaires pour les voyageurs, jusqu’à ce qu’un juge fédéral ne bloque l’application de la décision du nouveau président des États-Unis. « Cependant, rien n’est terminé, souligne la jeune femme. Le gouvernement va travailler à nouveau son décret et nous nous remettrons au travail afin de trouver des solutions. Nous avons l’intention d’effectuer des mises à jour régulières sur le site, pour informer et rassurer les voyageurs, en continuer à leur donner un feu vert ou un feu rouge. »

L’initiative de Track the Ban a très vite attiré l’attention des médias américains, l’avocate française ayant eu les honneurs du site d’information Slate.com ou encore des télévisions ABC ou CNBC. Revers de la médaille, le serveur internet et la boîte e-mail de Sarah Brunet ont aussi été mystérieusement hackés au cours du week-end écoulé… « Je ne sais pas d’où cela venait, mais il en faut plus pour m’arrêter. »

                          ouest France - la Pintade Rose 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents